Question Savon

Aujourd'hui difficile, voir impossible d’être sûr de la composition des savons achetés dans le commerce. Entre les conservateurs cancérigènes, les colorants chimiques et autres composants mystères, la liste parfois pour un simple savon est curieusement bien longue..

Savez-vous que la plupart des savons du commerce sont fabriqués à partir de déchets animaliers, si vous lisez Sodium Tallowate ou Sodium Lardate, votre savon est à base de suif (graisse de boeuf ) ou de saindoux (graisse de porc), oui, oui, on le sait, c'est parce que vous le valez bien...

 Donc, on en arrive vite à :

- Soit faire l'autruche

-  soi à avoir envie de fabriquer ses savons soi-même.

Les différents procédés de fabrication :

Pour élaborer vos propres savons, plusieurs procédés de fabrication s’offrent à vous.

 La saponification à froid : 

Méthode nécessitant de la soude caustique avec beaucoup de précaution car c’est un produit hautement corrosif et irritant, et lors de sa manipulation, des vapeurs se dégagent, il est donc important de procéder dans une pièce très aérée sans la présence d' enfants ou d'animaux domestiques.

La saponification est la réaction entre un alcali (soude ou potasse) et un corps gras (huiles, beurres, graisses).

Si la préparation est très rapide, il faudra  laisser sécher 4 semaines minimum avant d’utiliser ses savon pour que la soude s'évapore 

La saponisation par cuisson : comme pour le savon de Marseille; qu'on ne peut pas faire chez soi,  son cycle de fabrication se décomposant  en 5 étapes,  sa pâte se travaille de 8 à 10 jours, en ébullition le jour et au repos la nuit.

La refonte : méthode consistant à râper finement du savon d’Alep ou de Marseille et à le faire fondre au bain marie avec un peu de liquide tel que l'eau minérale ou eaux florales, infusions,  gel d’aloès Véra , etc...

Les "Melt & Pour", littéralement "Fondez & Versez", sont des bases de savon prêtes à l'emploi, déjà "saponifiées" et formulées d'une manière spéciale, à base de glycérine, ce qui permet de les refondre très facilement.

Difficile donc de se passer de soude pour faire son savon, car sans soude pas de réaction donc pas de saponisation et le savon va fondre comme glace au soleil...

 

Une foule de question, que l'on s'est posé un jour ou l'autre, sans compter le sempiternel

bon ou pas ?

La petite histoire du savon:

Et oui il y a plus de 4000 ans que déjà les sumériens fabriquaient la recette d'une pâte savonneuse à base de graisse et de carbonate de potassium, un détergent semblable à celui qu'utilisent les Égyptiens pour laver leur linge. Ils l'emploient également comme remède contre les maladies de la peau, mais pas pour la toilette quotidienne.
Malgré une tradition du bain très développée, c'est seulement à partir du II ème siècle après J.C. que les Romains l'utiliseront pour se laver. Les Arabes mélangent les cendres de plantes maritimes contenant de la soude - al-qali en arabe - aux corps gras ce qui permet d'obtenir des savons plus durs et plus fermes. C'est grâce à eux que l'industrie du savon gagne les côtes méditerranéennes en Espagne, A partir du VII ème siècle, ils utilisent de la chaux cuite pour la fabrication de la lessive, ce qui leur en Italie, et surtout à Marseille. Son port devient le principal centre de transit du savon ainsi que des matières premières et parfums utilisés pour sa fabrication.
En découle un savon particulièrement doux à base d'huile d'olive et non plus de graisse animale, vendu sous l'appellation " Savon de Marseille " qui devient bientôt sa marque de fabrique.

Coté fabrication du savon de Marseille:

pour faire le savon de Marseille ou le « procédé marseillais », ou cuisson dite « à grand feu », on utilise non pas la saponification à froid mais La saponification ou « empâtage » C’est la transformation des huiles végétales en savon, sous l’action de la soude et de la chaleur, dans un grand chaudron. :Quatorze jours sont nécessaires à la fabrication d'un véritable savon de Marseille, dont 10 jours de cuisson  à une température de 120°C

+ d'info chez un vrai maitre savonnier de Marseille

https://www.marius-fabre.com/fr/content/32-la-fabrication-du-savon-de-marseille

Quand au  savon d’Alep, il est à l’origine des premiers savons durs au monde. Son procédé de fabrication originel, fait appel aux produits locaux abondants dans cette région: l'huile d’olive et l' huile de baies de laurier. Le savon d’Alep est uniquement fait à base d’huile végétale.

Depuis 4000 ans sa recette de fabrication est la même et son mode production est quasi-identique, il a juste été un peu mécanisé en raison de la forte demande actuelle de savon d'Alep.

La fabrication du savon d'Alep se fait en 3 étapes: mélange, découpage, séchage.

On pourra améliorer son savon de plusieurs manières :

  • En ajoutant des huiles essentielles parfumées, le savon sera parfumé. (Ne pas ajouter de parfum à base d'ester sinon celui-ci sera aussi hydrolysé !) Attention aux propriétés irritantes ou biologiquement actives de certaines huiles. Attention aussi aux substances phototoxiques : une fois déposées sur la peau exposée au soleil, elles réagissent et peuvent provoquer des allergies ou des intoxications.
  • Ajout de sable très fin, ou de poudre de noyau d'olive finement broyés, pour la fabrication d'un savon abrasif qui décape mieux les mains, après une après-midi de bricolage par exemple !
  • En utilisant des huiles riches en acides gras insaturés, les fameux ω-3 et ω-6 (contenus naturellement dans les huiles), le savon sera plus souple et plus hydratant. (ω est la lettre grecque "oméga")

 LE SAVON DIT DE MARSEILLE : pas si bon que cela , au lieu des cuves ancestrales et des 72% d'huile d'olives, on nous vend dans 95% des cas au choix un savon à l'huile de palme ou plus grave encore un autre fabriqué avec une pâte en provenance de Thaïlande contenant 72% du tallowate de sodium soit .... des graisses animales !

Cependant, il y en a encore de vrais… Mais ne bénéficiant d’aucune protection sur son appellation, l’authentique savon de Marseille subit de plein fouet cette concurrence, déloyale, et pas seulement les imitations venues de l’étranger qui usurpent son nom. Aujourd’hui, il ne reste plus que quatre savonneries en activité : la savonnerie artisanale Le Sérail, la savonnerie Le Fer à Cheval, la Savonnerie du midi, et la savonnerie Marius Fabre. Toutes perpétuent la fabrication traditionnelle du véritable savon de Marseille, en chaudron.

Le véritable savon de Marseille : à quoi le reconnaît-on ?

L’authentique savon de Marseille, le fameux cube, est composé de 72 % d’huile végétale (huile d’olive, de coprah ou de coco) mélangée à de la soude. Et rien d’autre. Sa fabrication suit un procédé discontinu, au cours duquel on cuit la pâte dans des chaudrons.

Les étapes de fabrication du savon de Marseille

Le cycle de fabrication du savon de Marseille dure environ 80 heures. La pâte travaille de 8 à 10 jours, en ébullition le jour et au repos la nuit. Le cycle de fabrication se décompose en 5 étapes :

1. L’empâtage

Les huiles végétales et la soude sont portées à ébullition sous agitation dans le chaudron. Dès cette étape commence la saponification et se forme alors progressivement une pâte de savon.

2. La cuisson

On ajoute de la soude en excès afin de saponifier les matières grasses qui n’auraient pas réagi au stade précédent. Ce mélange bout à 120°C pendant plusieurs heures.

3. Le relargage

La pâte est alors « lavée » à l’eau salée à deux reprises, une demi-journée chacune. Elle est ensuite débarrassée de l’excès d’eau, des impuretés contenues dans les matières grasses et de la glycérine. Plusieurs lavages à l’eau douce suivront.

4. L’épinage

Le surplus de liquide est retiré par décantation.

5. La liquidation

Elle consiste à faire bouillir une dernière fois le savon à gros bouillon, en l’arrosant à l’eau pure. C’est là que tout le savoir faire du maître savonnier entre en jeu. Il vérifie, lors de cette étape, la consistance et l’homogénéité du savon. Le tout repose alors entre 18 heures et 48 heures pour donner un savon qualifié d’« extra-pur ».

La dernière étape est celle du moulage. Elle dure deux jours. Le savon passe dans des « boudineuses » en série dans lesquelles il est compressé pour devenir une pâte homogène. Il sort des boudineuses au travers d’une filière qui permet l’ébauche de sa forme : barres ou « bondons ». Le savon solidifié est découpé en cubes puis marqué sur ses six faces.

http://www.consoglobe.com/savon-marseille-contrefacons-cg/2

Les "Melt & Pour",en français "Fondez & Versez",

sont des bases de savon prêtes à l'emploi, déjà "saponifiées" et formulées d'une manière spéciale, à base de glycérine, ce qui permet de les refondre très facilement.

Les bases "Melt and Pour" se fondent simplement au bain-marie,  puis il reste à ajouter , huiles essentielles, parfums, actifs, et même colorants.
Les savons se solidifient en refroidissant et sont immédiatement prêts à l'usage. Si cette méthode est très ludique et facile pour réaliser des savons très rapidement et sans manipulation de soude , je reste perplexe quand à sa composition !

 
Composition en détail :
- Eau
- Glycérine végétale (origine : Colza)
- Sodium cocoate : huile de coco saponifiée
- Sorbitol : sucre aux propriétés hydratantes
Propane-1,3-diol : d'origine végétale (maïs), émollient, agent hydratant, et fluidifiant, améliore la fonte de la base et sa fluidité et sa maniabilité à chaud
- Sodium stearate : sel saponifié d'acide stéarique, dérivé d'huile de colza
- Cocamidopropyl betaine : tensioactif dérivé de l'huile de coco
- Sodium chloride : sel
- Sodium citrate : sel d'acide citrique
- Cocos Nucifera (Coconut) Oil : huile végétale de Coco
Polyglyceryl-4-oleate : émulsifiant d'origine végétale (Olive, Colza)
- Trisodium sulfosuccinate : tensioactif d'origine naturelle
- Citric acid : acide citrique
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Annidée ©2017 -  Hébergé par Overblog