PASSION COUTURE

PASSION COUTURE

Le SIMILI CUIR (ou faux-cuir, ou skaï)

Tissu particulièrement simple à utilisé en couture pour les vêtements et accessoires comme des sacs ou encore pour la création de bijoux. L'essayer c'est l'adopter.

Composé d’une face tissée, type jersey, et d’une face enduite, il est fabriquée à partir de matières synthétiques comme un dérivé du plastique : le polyuréthane. Il peut être de différentes motifs, épaisseurs et comporter même du stretch (pour l'élasticité) ; ainsi que des couleurs variées et très fantaisies.


coudre du simili cuir :
Que se soit à la main ou à la machine, on coud essentiellement au point droit  long avec une aiguille spéciale cuir. Choisissez aussi un fil à coudre en polyester, bien plus résistant que le coton.
Les épingles de couturière et la piqûre ont tendance à marquer définitivement votre simili-cuir. Nous vous conseillons donc l’utilisation de pinces pour tissus  ou tout simplement des pinces à linge,
pour le montage opter pour des points de colle à tissus qui permettra de maintenir vos pièces sans laisser de traces.

Repasser du simili cuir

Je vous déconseille l'utilisation du fer  : le simili cuir étant une matière synthétique à base de plastique,qui réagit donc à la chaleur, sa partie « plastifiée » peut fondre sous le fer à repasser. Repasser impérativement sur l’envers (partie maille) lorsque vous le pouvez. Réglez votre fer sur la position « synthétique » et protégez toujours votre tissu avec un morceau de coton, torchon, ou autre. N’hésitez pas non plus à aplatir votre couture repassée avec un poids lors du refroidissement.

* * * * * * *

 

Tableau  aiguilles machine à coudre

Tableau aiguilles machine à coudre

PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE

* * * * * * *

Coudre à la machine

Comment utiliser votre machine à coudre ?

Vous avez une machine à coudre, mais vous ne vous en êtes pas servi, ou peu ?

Voici quelques conseils .

le B.A-BA

L'équipement et la position de travail sont deux éléments essentiels

pour un travail bien fait.

Adoptez la bonne position pour coudre à la machine dès le début la bonne position :

  • asseyez-vous à la bonne hauteur : des chaises spéciales existent, mais vous pouvez également rehausser votre assise avec un coussin,
  • placez-vous en face de l'aiguille : si vous vous installez plus à gauche ou à droite de celle-ci, vous risqueriez d'attraper très rapidement un torticolis,
  • placez le rhéostat sous votre pied : le talon ne doit pas décoller du sol, seule l'extrémité du pied doit être en contact avec la pédale.

Les accessoires de base en couture

Posséder une machine à coudre n'est pas suffisant : il vous faudra acquérir quelques accessoires de base, indispensables à vos travaux d'aiguille :

  • un ruban à mesurer,
  • un découd-vite,
  • un dé à coudre,
  • des aiguilles,
  • un fer à repasser,
  • une paire de ciseaux, pour gaucher ou droitier,
  • des épingles,
  • des craies ou feutres auto-effaçables.

Les bons réflexes de la couturière

Certains gestes doivent devenir automatiques et permettront d'éviter certaines difficultés :

  • tenez le tissu avec vos deux mains, la main gauche près du pied de biche pour maintenir le tissu en place et la main droite pour le guider,
  • ne tirez en aucun cas sur le tissu : il avancer seul, entraîné par les griffes :
    • si le tissu est lourd ou épais, vous pouvez cependant l'aider à avancer en le poussant plutôt qu'en le tirant,
    • si le tissu est au contraire trop fin, retenez-le pour ne pas qu'il « file » trop vite et entraîne des points bâclés.

Quelques astuces:

Coudre droit est la base de tout travail de couture.

N'hésitez pas à vous entraîner sur des chutes avant de vous lancer :

  • ne cherchez pas à aller trop vite : vitesse est rarement synonyme de précision !
  • Aidez-vous de votre pied de biche ou d'un repère quelconque pour coudre droit ; le pied de biche doit suivre le bord du tissu sur quelques millimètres et ne pas se décaler,
  • l'utilisation d'une table de travail ou d'un meuble de machine à coudre peut être utile : cela vous apportera de la stabilité et de la souplesse dans votre travail.

Pensez à marquer votre ouvrage à la craie :

  • la craie pour tissu ou craie tailleur est vendue dans toutes les merceries et magasins spécialisés,
  • une craie classique à tableau noir peut également convenir.

Mon premier conseil restera celui-ci : surtout lisez le mode d'emploi...

source:https://sites.google.com/site/annideecouture/de-fil-en-aiguille/la-couture-a-la-machine

* * * * * * * *

PASSION COUTURE
PASSION COUTURE
PASSION COUTURE

Les différents TYPES D’AIGUILLES

L’aiguille classique : à chas de petite taille utilisable pour tous types de projets couture à la main. Les aiguilles classiques sont disponibles en différentes tailles, de 1 à 12, c’est-à-dire de 2,5 cm à 7,5 cm.

les aiguilles 1/2 longues: sont plus courtes et plus fines. Elles ont également un chas rond. Elles sont parfaites pour coudre des petites pièces, des détails donc pour le Quilt et le patchwork. Fines, on peut même les utiliser sur des tissus épais comme le jeans, le denim ou le tweed. On les trouve dans toutes les tailles.

l'aiguille longue pointe à boule: utilisée pour coudre le jersey à la main. Elle a une pointe à boule (tout comme les aiguilles de machine à coudre spéciales jersey, une pointe aigüe pouvant endommager le tissu en tirant un fil du tricot).
Une pointe à boule passe facilement à travers ce genre de tissu. On les trouve en taille 5 jusqu'à 10.

L’aiguille à repriser : est une aiguille utilisée pour coudre avec de la laine à repriser.

Elle est fine et de longue taille.

L’aiguille à perler : Longue et très fine, elle est utilisée pour coudre les perles et sequins décoratifs sur le tissus.

L’aiguille à double chas : dotée d’un double chas, cette aiguille permet d’utiliser deux fils différents ce qui facilite la broderie et évite la tension sur les tissus.

les aiguilles à broder: elles sont similaires aux aiguilles longues tout en étant peu plus longues car leur chas est plus long afin d'y passer le fil à broder, généralement plus épais que le fil à coudre standard. On les trouve dans toutes les tailles.

L’aiguille à tapisserie : aiguille épaisse avec une pointe émoussée et un chas de grande taille. Comme son nom l’indique, elle est utilisée pour coudre avec du fil de laine à tapisser.

L’aiguille à chenille : semblable à une aiguille de tapissier, mais avec une extrémité pointue. Est généralement employée pour coudre avec des petits rubans, fils épais ou de laine.

L’aiguille de modiste : cette longue et fine aiguille dotée d’un petit chas rond est utilisée pour la couture à la main. N’abîmant pas le tissu, elle est également très utile pour le point de bâti.

Et les aiguilles « passe lacet « : elles ne permettent pas à proprement parler de coudre. Ces drôles d'aiguilles avec une pointe toute ronde et assez grosse et un gros chas servent à enfiler des élastiques et autres cordons dans les passants.

* * * * * * *

Le ruban de masquage,

ça sert pour peindre ou pour bricoler et c’est tout. Et en fait, non ! Chez moi, le ruban de masquage sert vraiment pour plein de choses : facile à déchirer, facile à coller et décoller, je m’en sers avec les enfants pour des activités manuelles mais aussi pour coudre et j’en garde toujours un rouleau dans ma trousse de couture ! Et voici 7 exemples de cas dans lesquels on peut utiliser du ruban de masquage (et j’ai oublié de vous dire que c’est de plus un outil plutôt économique ou en tout cas, pas ruineux !) :

1. comme guide de couture sur la machine à coudre

Pour coudre avec une valeur de couture bien régulière, le plus simple est de coller un morceau de ruban de masquage à une distance donnée de l’aiguille de la machine, à droite de l’aiguille, sur la plaque à aiguilles . Il suffira de suivre ce guide et de l’enlever une fois que vous n’en aurez plus besoin !

2. assembler des patrons pdf

Le ruban de masquage est bien plus pratique que du ruban adhésif classique quand il s’agit de reconstituer des patrons : déjà il e coupe plus facilement que le scotch et on peut écrire par dessus et même le repasser si le patron est un peu froissé et que vous avez besoin de lui redonner sa forme originelle.

3. en tant que guide pour piquer en biais

Si vous souhaitez piquer en ligne droite mais en biais, ou alors quand vous n’avez pas de repère, collez une bande de ruban de masquage le long de la ligne de couture puis suivez le bord du ruban pour piquer le plus droit possible. C’est très pratique quand on fait du patchwork. Cette astuce permet également de piquer des lignes régulièrement espacées.

4. modifier des pièces d’un patron de couture

Si vous désirez rallonger ou raccourcir un corsage ou une manche, il suffit de couper le patron sur la ligne dédiée et de recoller les morceaux avec le ruban de masquage. Dans le cas où vous souhaitez allonger une pièce du patron, raccordez les deux parties avec un morceau de ruban de masquage aussi large que la longueur à rajouter à la pièce (par exemple, si vous souhaitez rallonger de 2 cm, prenez du ruban de masquage de 2,5 cm de large et collez-le sur le premier morceau du corsage sur 2 mm et collez le second morceau du corsage sur 2 mm du bord opposé)

5. bâtir

Le ruban de masquage peut remplacer des épingles quand on souhaite piquer du tissu comme de la toile cirée ou du tissu plastique, sur lequel des épingles laissent des trous.

6. coudre des pinces

Dans ce cas également, le ruban de masquage peut être utilisé comme guide : collez-en un morceau le long de la ligne de couture et suivez-le pour piquer en ligne droite jusqu’au sommet de la pince

7. dessin machine

pour faire un dessin machine, coller le ruban de masquage en mettre plusieurs l’un à coté de l’autre pour avoir la surface où dessiner le modèle, coudre le dessin au triple points et après enlever le scotch et voilà une broderie machine sans avoir eu à dessiner sur l’endroit du tissu et en plus le tissu a été maintenu pendant la broderie du dessin.

* * * * * *

L' inventeur de la machine à coudre

Et oui c'est à un français que l'on doit cette géniale invention, qu'est LA MACHINE à COUDRE...

Monsieur Barthélemy Thimonnier, est sans nul doute le premier à mettre au point, breveté et concevoir une machine à coudre digne de ce nom, réellement capable de remplacer la couture à la main .

Il va la vendre et équiper une usine de confection de quatre-vingt machines pour coudre les uniformes des soldats français.

l'inventeur de la machine à coudre : Monsieur Barthélemy Thimonnier

C'est en 1829, que le premier métier à coudre voit le jour.

On raconte que c'est en tirant l'aiguille pour habiller ses clients, que monsieur Barthélemy Thimonnier réfléchit à l'idée de coudre mécaniquement et d'utiliser un crochet analogue à celui utilisé par les ouvrières qui font des broderies au crochet dans les lyonnaises

Pour son invention, il charge Auguste Ferrand, ingénieur des mines, de faire les dessins et la demande de brevet de la machine à coudre. malheureusement avec ce contrat, Ferrand s'attribue la copaternité de l'invention en déposant le brevet, délivré le 17 juillet 1830. La même année, et grâce à huit commanditaires, s'ouvre le premier atelier mécanique de confection du monde. Celui-ci va fabriquer les uniformes de l'armée. Et c'est suite à la destruction de l'atelier par des ouvriers en colère, que Thimonnier retournera à Amplepuis, reprenant son travail de tailleur et continuant à chercher des améliorations à sa machine. Il déposera par la suite successivement des brevets en 1841, 1845 et 1847 pour des nouveaux modèles de machines à coudre, mais l'utilisation de la machine ne se répand pas et la situation de plus en plus difficile et ce malgré le succès rencontré à plusieurs expositions universelles et les éloges dans la presse ;

comme de nombreux inventeurs il décède le 5 juillet 1857 à Amplepuis à l'âge de 63 ans sans avoir profité du fruit de sa découverte.

Annidée ©2017 -  Hébergé par Overblog